Diagnostics - Risques psychosociaux

L’exigence de l’impartialité au service des RPS  :

Les risques psychosociaux en entreprise sont basés sur les vecteurs de la relation sociale. La difficulté d’étudier en interne les postes et les RPS est de pouvoir rester objectif face à une situation sociale et relationnelle qui nous concerne.

C’est pourquoi les équipes intervenantes de TM SAFETY assure le rôle de coordinateur, et d’animateur des diagnostics de risques psychosociaux lors notamment des entretiens individuels et collectifs.

La prévention des risques psychosociaux (RPS) : Etape n°1 avant la démarche de la qualité de vie au travail  :

Des démarches de « qualité de vies au travail », « bien-être au travail » ou encore « responsabilité sociétale des entreprises » sont observées au sein des entreprises. Elles relèvent d’enjeux complémentaires à la démarche de la prévention des risques psychosociaux tels que la performance de l’établissement, l’égalité hommes femmes, la conciliation des temps de vie et de travail, le dialogue social au sein de l’entreprise.

 

Initier une démarche d’amélioration de la qualité de vie au travail n’est pas en soi l’assurance de réduire les facteurs de risques psychosociaux de l’entreprise. La prévention des risques psychosociaux est donc un passage incontournable avant d’engager d’autres démarches complémentaires.

 

Au sein des risques psychosociaux, les 9 principes de prévention s’appliquent (en référence à L.4121-2 du Code du travail) :

 

1) Éviter les risques, c’est supprimer le danger ou l’exposition au danger.

 

2) Évaluer les risques, c’est apprécier l’exposition au danger et l’importance du risque afin de prioriser les actions de prévention à mener.

 

3) Combattre les risques à la source, c’est intégrer la prévention le plus en amont possible, notamment dès la conception des lieux de travail, des équipements ou des modes opératoires.

 

4) Adapter le travail à l’Homme, en tenant compte des différences interindividuelles, dans le but de réduire les effets du travail sur la santé.

 

5) Tenir compte de l’évolution de la technique, c’est adapter la prévention aux évolutions techniques et organisationnelles.

 

6) Remplacer ce qui est dangereux par ce qui l’est moins, c’est éviter l’utilisation de procédés ou de produits dangereux lorsqu’un même résultat peut être obtenu avec une méthode présentant des dangers moindres.

 

7) Planifier la prévention en intégrant technique, organisation et conditions de travail, relations sociales et environnement.

 

8) Donner la priorité aux mesures de protection collective et n’utiliser les équipements de protection individuelle qu’en complément des protections collectives si elles se révèlent insuffisantes.

 

9) Donner les instructions appropriées aux salariés, c’est former et informer les salariés afin qu’ils connaissent les risques et les mesures de prévention.